La respiration aux instruments à vent

 

  1. On inspire toujours par la bouche (sauf pour réaliser la respiration continue).
  2. On loge l’air au bas des côtes du dos. Le ventre gonfle à peine. De cette façon, le diaphragme est en position de force, aidé par les côtes arrières et les muscles abdominaux.
  3. Lorsqu’on inspire, on tente de sentir l’air froid pénétrer jusqu’au bas du dos. Ainsi, le conduit respiratoire est détendu et la rapidité d’inspiration est optimale.
  4. Lorsqu’on expire, on imagine l’effet d’un piston (ou une pompe à vélo) qui redescend : l’air est expulsé en comprimant vers le bas (et non en commençant par entrer le ventre).
  5. On peut renforcer ses muscles abdominaux en comprimant l’air grâce à la pince des lèvres. Cela entraîne aussi les muscles faciaux.